Se connecter

Témoignage de kamkam

Posté le : 16/01/2010 à 22:00. Vu 10838 fois. 1213 mots

Mai 2001

Je suis à la salle de sport, et sur mon tapis bleu je sens comme une gêne dans le bas du dos.
Pas douloureux mais sensible au toucher.
Je fais un tour chez le médecin généraliste qui ne trouve de spécial, et me refile une crème efficacité aucune.
Peu convaincu je me dirige chez mon dermatologue, qui après avoir taté la petite masse se situant en bas du coccyx,
pense immédiatement à un Kyste Pilonidal. Elle me rassure, ce n'est pas grave du tout.
Consciencieuse, elle me dirige vèrs un chirurgien d'une clinique parisienne pour confirmer le diagnostic.

RDV avec le chirurgien qui me confirme le kyste.
Selon lui, le kyste est encore très petit et ne voit pas l'utilité d'une intervention chirurgicale.
Donc pour l'instant je laisse tel quel.
"Revenez me voir quand ça suintera plus fréquement"
Lorsque je sens le kyste qui suinte, je passe un peu d'hexomédine pour "désinfecter"


Début 2002

Les périodes de suintement reviennent fréquemment, le kyste est plus sensible, sans être douloureux.
Retour chez le chirurgien, bon ok va falloir penser à l'opération.
Rien d'urgent car je suis venu à temps mais pensez-y Monsieur avant que ça ne s'infecte.
Il m'explique les 2 types d'opérations:

Celle dite à "ciel ouvert":
on ouvre, on retire les chairs infectées et on ne referme pas la plaie.
on place une meche, avec un changement de pancement quotidien, et on laisse la cicactrice se refermer toute seule proprement.
C'est plus long certes, mais le risque de récidive est très très faible...

Celle dite "refemée":
on ouvre, on retire les chairs infectées et on referme avec du fil et une aiguille.
On est certes remis sur pied plus tôt, mais le risque de récidive est assez important.

Ok, faut que je reflechisse docteur.
D'accord, mais plus vous reflechissez monsieur, et plus le risque d'infection augmente et plus la zone infectée
sera importante et plus le trou sera important, et plus la cicatrice sera grosse, et donc le temps de convalescence également. Alors ?
Bon ben on va opter pour la solution 1 !
Docteur, je pars en vacance dans 6 semaines, ça ne peut pas attendre mon retour ?
A vous de voir...
Je reflechis, et l'idée que le kyste s'infecte au beau milieu du Djebel marocain...bof bof...
Si je me fais opérer de suite, je pourrai partir tranquille.

Bon, ben on dit à mardi prochain alors ?



Février 2002

Je rentre mercredi soir à la clinique. Tranquillou, un poil stressé.
Mais les infirmiers me filent un shoot qui me calme d'entrée de jeu...je peux en avoir encore ??
J'arrive dans la salle d'op, les chirugiens sont décontractés, les infirmiers sont décontractés, la musique est décontractante
mais moi je suis crispé, les poings fermés, les orteils repliés, les fesses serrées.
Un infirmier se pointe, me fait un 2ème shoot dans la perf...
En 10 sec je suis H.S., complètement stone.
A ma surprise, mon chirurgien a décidé d'opter finalement pour une anesthésie partielle locale. Pas de problème cousin, vas-y.
Hop, un coup de péridurale et voilà que je ne sens plus rien en dessous de la ceinture...l'angoisse !

Je me retrouve sur le ventre, et les médecins m'attaquent au bistouri électrique.
En 15min maxi c'est torché.
Poil au nez.
Alors que je suis encore dans le gaz, le chirurgien content de lui s'approche.
Regardez monsieur ce que je vous ai enlevé. Génial, je suis content pour vous doc. ;)
Un morceau de biftek poilu et suintant de 3cm sur 5cm. Youpi.

De retour dans mon lit, il y a du sang sur mes draps. Bah c'est normal me dis-je.

Jeudi matin, réveil dans le paté. Puis j'ai les crocs.
Une jeune infirmière débutante s'occupe de moi.
La chef arrive et lui demande à voix basse, mais pas assez bas manifestement, "vous avez déjà fait ça ???"..."Non..."
Et moi de répondre: "j'ai tout entendu..."
Rires...on se détend.
Faut bien qu'elle apprenne, je suis flatté.
Elle me change mon pancement, parfait, je me sens déjà mieux.
La chef arrive, et m'dame je veux rentrer chez moi...Mmmmmmmouais....z'êtes sûr ? Vi vi !

Petit tour dans le cabinet du chirurgien, regarde la cicatrice: parfait ! Si vous le dites.
Il me refile des adresses d'infirmières chez qui aller pour refaire mon pancement quotidien.
Vous pouvez demander à votre copine de le faire éventuellement.
Bah vous savez en ce moment je traverse un peu le désert tout seul là, c'est gentil de me le rappeller.
Bon ben ca sera l'infirmière, et je vous colle une semaine d'arrêt maladie.
Poil au zizi.


Jeudi soir, je sors de la clinique et rentre chez moi en canard.
A part l'impression d'avoir un 2ème trou du cul, je ne sens rien de spécial.
Passage à la pharmacie pour acheter un sotck de tull-gras, pancements américain, éosine, préservatifs ? nan, inutiles en ce moment. Eh merde.

Vendredi matin ! Super, j'ai trouvé une infirmière à 2 pas de chez moi, qui plus est sur le chemin du taff. Nickel chrome.
Je prends ma douche avec mon pancement americain scotché sur mon bas du dos.
Le truc il absorbe bien.
Je m'habille et direction les infirmières. Routine que je répèterai pendant 5 semaines.

Très gentilles les infirmières. Tous les jours la même routine.
Je me défroque, m'allonge sur le ventre, leur montre mes fesses et elles sont là ébahies par la beauté de la cicatrice
qui selon elles étaient vraiment très profonde mais très propre. Du travail de pro.
C'était qui votre médecin ? Le docteur C... Ah le docteur C...ah ben c'est normal alors !

Voilà.
Pendant 5 semaines ce fût ma routine: douche, pancement, métro, boulot...dodo, etc.

Au bout de 3 semaines, j'ai commencé à reprendre le sport doucement.
Au bout de 5 semaines, la plaie était presque refermée et j'étais à même de changer le pancement moi-même.

Je n'ai pas eu mal, ni après l'opération ni pendant ma convalescence.
A part peut-être la première semaine ou de temps en temps j'avais l'impresssion qu'on tirait sur ma peau.
Ca me faisait une sensation de décharge électrique, mais sans plus.

Avril 2002

Il n'y a presque plus rien et je suis vraiment content d'avoir été bien conseillé par le médecin.
Et j'ai pu partir tranquillement en vacance...avec un petit stock de compresse et d'éosine quand même hein !

Bref. Choisissez bien votre médecin.
S'il vous préconise de refermer la plaie, je vous suggère fortement de demander l'avis d'un autre médecin.
Pour la période de convalescence, ça se passe bien. Et c'est d'autant plus simple si quelqu'un chez vous peut s'en occuper, votre conjoint, ami, co-loc' ou parent !

Plus particulièrement, je vous suggère de ne pas laisser trainer un tel kyste.
L'opération fait toujours peur, mais en cas d'infection, celle-ci sera vraiment douloureuse.
Alors que pris à temps, vous aurez peut-être droit à seulement une anesthésie locale.
Bien sûr, tous les cas sont différents.

Site fait en 2009.
Les choses que je dis ne sont peut-être pas toutes vraies, pour m'en parler écrivez-moi.
Rapha@kyste-pilonidal.fr